141126_8g8gf_mlarge_boris_cyrulnik_sn635

Professeur des universités, psychiatre, neurologue, éthologue et psychologue, Boris Cyrulnik revient sur un domaine de la psychologie contestée : l’attachement, le traumatisme et la résilience. L’activité du professeur vise essentiellement à « redéfinir les objectifs de la recherche en psychologie » et à « assurer la transmission de ses méthodes originales », si l’on en croit Dominique Lecourt, directeur général de l’Institut Diderot.

Concept né à l’époque de Sigmund Freud et Pierre Janet, le terme de « trauma » définit une métaphore soulignant l’attaque d’un corps extérieur sur le « moi », sorte d’introduction d’un corps étranger dans l’âme d’un individu. Auparavant, cette observation était souvent passée sous silence par les institutions de médicine et les troubles psycho-moteurs, comme ceux des soldats des deux guerres mondiales, ont souvent été niés.

 

Attachement

 

  • Les fondateurs de la notion d’attachement

L’enfance constitue l’un des moments privilégiés de l’élaboration des notions d’attachement, tributaire de son milieu, modifiable à l’issue de périodes sensibles d’évolution de l’être (adolescence). Défini par un petit groupe de psychanalystes après la seconde guerre mondiale, la notion d’attachement naît à l’observation des comportements d’enfants privés de soins maternels. René Spitz, qui filmaient leur attitude, avait constaté que beaucoup d’entre eux mouraient dans les crèches sans raisons apparentes, ou qu’ils étaient sujets à l’impulsivité, la bagarre, des caractères psychopathes. De leur côté, d’autres praticiens, non universitaires, s’attaquent à la question. Anna Freud et Dorothy Burlingham décrivent les effets mortifères de la séparation durable chez les jeunes enfants.

En 1948, un rapport sur les enfants sans famille (dont le nombre, après la guerre, est important), est commandé par l’Organisation mondiale de la santé à John Bowlby, psychanalyste britannique. Il y souligne les comportements des enfants privés d’affection, sujets à la protestation, le désespoir, l’indifférence,… Des notions que les étudiants en psychanalyse sont toujours tenus d’apprendre.

 

  • Réception critique du concept

« Les enfants n’ont pas besoin d’affection pour se développer. C’est une invention des hommes pour empêcher les femmes de travailler », indiquait Margaret Mead à la réception du concept. Aujourd’hui encore, certains historiens soutiennent que la séparation ne provoque pas d’effets sur les enfants ; faisant fi de travaux récents, où la neuro-imagerie tend à prouver les altérations cérébrales engendrées par la carence affective[1], ces intervenants n’envisagent pas non plus la prise en compte des dosages neurobiologiques – permettant de mesurer les variations neuro-endocriniennes – des bébés, qui mettent également en exergue les effets de cette absence d’affection sur leur niche sensorielle[2].

Le rapporteur souligne à cet égard que si l’observation scientifique, consistant à filmer les enfants a également été vivement critiquée à son origine, a été également vivement critiquée, le recours à cette pratique est désormais mise en valeur par les institutions de recherche officielle (CNRS, INSERM, ANR,…).

Initiée par Mary Ainsworth, l’observation scientifique concernant l’attachement des enfants à l’état préverbal ; elle définit différents stades, basés sur des observations expérimentales standardisées en sept épisodes de séparations et de retrouvailles susceptibles de souligner le degré d’attachement de l’enfant. Trois stades sont à dénoter :

  1. L’attachement « sécure », phénomène où l’enfant est inquiété du départ de sa mère
  2. L’attachement « distant », où l’enfant exprime peu d’émotions quant à la séparation
  3. L’attachement « ambivalent », lorsque l’enfant est agressif vis-à-vis de la mère qu’il aime et à l’encontre de qui il éprouve un certain ressentiment

Repris aux Etats-Unis, sa théorie s’est érigée en véritable protocole ; la population des enfants observée a ainsi été étendue et notamment soumis à une acception comparative transculturelle. D’autres théoriciens élaborent des systèmes, questionnaires destinés à mesurer le degré d’attachement basé sur la représentativité verbale[3].

Le développement de ce type d’études, soumises à des études comparatives dans le domaine éthologique, a engendré l’épanouissement du domaine et la tenue de colloques. L’un d’entre eux, dénommé « communications intra-utérines », a permis d’exalter que le bébé, dans l’utérus, traitait des informations extérieurs et ne vivait en rien dans un « monde du silence », étant sensible aux informations extérieures (voix de la mère, mouvements,…). Une donnée qui a d’ailleurs suscité l’ire de certains participants, pointant du doigt la légitimité des « antiavortements » que pouvait revendiquer une telle information ; les délateurs de cette position préfèrent ainsi évoquer un « effet de psychisme précoce » plutôt que d’accorder au fœtus une conscience.

Traumatisme

Autrefois particulièrement décrié, le concept de traumatisme est aujourd’hui légitimé par la neuro-imagerie, qui permet d’exalter les traces cérébrales reliées dans le cerveau après une agression psychique comme physique. L’intrusion d’un corps étranger dans l’âme influe sur le « psychastène » – soit le phénomène à l’origine des perturbations d’ordre psychique, dont la faiblesse engendre la nécessité du refoulement.

A mesure que la société s’est apaisée, invalidant le contexte de la violence et de la destruction nécessaire préalablement dessiné en temps de guerre, la notion de traumatisme a commencé à être pensée. Dès la fin du XIXe siècle, à la suite d’accidents industriels, on envisage de fournir dédommagements aux blessés, initiant le débat scientifique autour de la notion de traumatisme. Expliquer les troubles comportementaux et émotionnels devient dans les années 1920 un objet d’étude d’importance, évalué à l’épreuve de différentes études empiriques – on parle de « névrose expérimentale » pour mettre en exergue un comportement troublé. L’expérimentation sur les animaux est à cet égard instructive : elle a notamment permis aux scientifiques de définir le terme de « désespoir appris », soit l’évaluation de la capacité de résilience devant la difficulté ayant été préalablement agressé par rapport à un être ne l’ayant pas été. La tendance à subir, voire à abandonner devant la difficulté, s’est avérée plus prononcée chez les ces premiers. La répercussion de ces expériences sur les adultes est significative : le taux de suicide chez l’adolescent ou l’adulte est plus important pour les individus ayant été précocement isolés et répétitivement agressés[4]. Le contexte social, l’entourage, ou ses différents corolaires, influent également sur cette vague de suicide et se dénote par son impact sur les plus vulnérables à l’échelle neuro-émotionnelle.

Dans un monde où la violence est exclue, on note désormais un changement de paradigme à l’égard du statut des victimes : de sujets honnis, subissant les effets d’une « punition divine » encourageant à la honte et au silence, les victimes seraient désormais les nouveaux héros du temps, applaudis pour être de ces « initiés qui ont vu la mort et en ont triomphé ». Et des vainqueurs des conflits sanglants, les médias se chargent désormais de faire les réquisitoires, en même temps qu’ils « glorifient les victimes »[5].

 

La résilience

Le terme de résilience naît dans les années 1980, dans les pays anglo-saxons. Les pays de langue française l’ont adopté très rapidement, soulevant des décisions généralement tranchées – adhésion ou un rejet immédiat. Changement d’attitude face aux malheurs de l’existence, la résilience est un processus qui encourage à la reprise d’un « bon développement après un trauma ou dans des circonstances adverses ». Démarche difficile, elle exige de se préserver des rapports causaux préétablis. Ainsi, longtemps a-t-il été répété que « sur une population d’enfants maltraités, 30% d’entre eux devenaient des parents maltraitants ». Le phénomène doit donc faire l’objet d’une résilience neuronale en même temps que d’une résilience psycho-affective et lui intime une perpétuelle remise en question de soi dans son milieu, son développement et son histoire. Le contexte entourant le traumatisé engendrera des appréhensions sensiblement variables de son expérience, que le rapporteur établit suivant trois scénario : esseulé, l’individu cèdera au désespoir ; partagé, son récit traumatique fera l’objet d’un remaniement. Enfin, ce sont des récits culturels et familiaux que se façonnera l’éventuelle résilience.

Parce que la structure du trauma a un véritable rôle dans l’évolution du processus de résilience, les résultats de cette démarche sont variés. Face aux traumatismes, certains individus parviennent à surmonter la situation grâce à leur « aptitude à mentaliser » comment trouver des issues à leurs cas. L’attachement que le traumatisé avait pour son agresseurs constituera aussi une donnée déterminante sur l’issue de la guérison.

Source : Notes de l’Institut Diderot, Attachement, trauma et résilience, par Boris Cyrulnik, juillet 2016.

 

[1] Cohen D., The Developmental Being : Modeling a Probalistic Approach to Child Development and Psychopathology, dans M.E. Garralda, J.P Raynaud, Brain, Mind and Developmental Psychopathology in Childhood, Jason Aronson, New-York, 2012, p.5-22.

[2] Bustany P, Neurobiologie de résilience, dans B. Cyrulnik, G. Jorland, Résilience, Connaissances de base, Paris, Odile Jacob, 2012, p.45-64.

[3] Il est pris en exemple l’Adult Attachment Interview de Mary Main, linguiste devenue psychologue.

[4] On insiste également sur les contingents extérieurs propres à chaque individu (milieu qui l’entoure, moment de l’impact de l’agression,…). Mishara L., Tousignant M., Comprendre le suicide, Presses Université de Montréal, 2004.

[5] Notes de l’Institut Diderot, Attachement, trauma et résilience, par Boris Cyrulnik, juillet 2016, p.20.

aloysia biessy