feuille-demargement-0306-2-001

Offrant des avantages sociaux particulièrement généreux à ses salariés, la France se place en deuxième position des pays les plus généreux, selon le dernier rapport de Glassdoor Economic Research[1].

L’étude se base sur six critères sociaux, de l’allocation chômage aux congés de toute sorte (maternité, paternité, parentaux, annuels,…) aux indemnités en cas de maladie. Troisième pays en termes en matière d’éligibilité à la réception d’allocations, la France propose des prestations bien au-dessus de celles proposées par les Etats-Unis.

Sur quinze pays européens, la France se poste dans les premières places en termes d’offre de prestations sociales – qu’il s’agisse de l’indemnisation financière octroyée pour les congés parentaux ou plus généralement, pour la délivrance de congés payés. D’autres pays de l’Union Européenne offrent des prestations encourageantes : Danemark, France et Espagne arrivent à cet égard dans les têtes de classement. « Le Danemark, la France et l’Espagne proposent de bien meilleures prestations sociales qui sont favorables à la main-d’œuvre locale », admet d’ailleurs le Docteur Andrew Chamberlain, responsable économiste de Glassdoor.

 

    • Les congés généraux (maladie, chômage, périodes de vacances)

A)    Congé maladie

Indemnisé à hauteur de 50 % de leur ancien revenu, pour une période courant jusqu’à vingt-six semaines, le congé maladie est généreusement financé en France, au contraire de la Suisse, où les employés malades reçoivent une compensation pour trois semaines au minimum. Au Pays-Bas, percevant 70 % de leur salaire et pouvant être absent jusqu’à cent-quatre semaines, les salariés se trouvent dans une position particulièrement confortables.

B)    Allocations chômage

Offrant 90% des revenus en cas de chômage – qui peut être prolongé jusqu’à deux ans, le Danemark est le pays le plus généreux à l’égard des chômeurs. La France est attractive à ce niveau, offrant 60 à 75 % des revenus antérieurs de l’employé – jusqu’à cinquante-deux semaines. Au contraire, le Royaume-Unis ne propose qu’entre 66 et 84 € par semaine – pour une durée maximale de vingt-six semaines.

C)    Congés annuels

En termes de congés annuels, la France compte parmi les pays les plus généreux, offrant jusqu’à vingt-cinq jours de congés payés, auxquels s’ajoutent dix jours fériés ; sa position se situe juste derrière l’Espagne (quatorze jours de jours fériés) ou l’Autriche (treize jours fériés).

Avec près de trois ans de congé parental proposé, la France et l’Allemagne offrent des congés parentaux particulièrement généreux. En France, pendant six mois, chaque parent accueillant un nouvel enfant peut recevoir près de 600 € par mois. Au contraire, la Suisse n’accorde pas de congé parental légal ; dans cette même perspective, l’Irlande et l’Angleterre accordent un congé non rémunéré, à hauteur de dix-huit semaines pour chacun des parents.

En revanche, le congé maternité est particulièrement long en Angleterre, offrant jusqu’à cinquante-deux semaines de repos à la mère de famille. Certains pays européens vont jusqu’à faire toucher 100 % de leurs revenus antérieurs à la mère, pendant l’intégralité de leur congé (Danemark, Autriche, France, Allemagne, Espagne, Pays-Bas). L’Irlande, avec seulement vingt-six semaines payées sur quarante-six – sur la base de 230 € par semaine, propose le congé maternité le plus modeste en termes d’indemnisation financière.

Octroyant jusqu’à quarante-cinq jours de congés, la Finlande est le pays le plus généreux à l’égard des nouveaux pères de famille. En termes d’indemnisations, les pères de famille peuvent recevoir l’intégralité de leur salaire sur l’ensemble de leur congé. La Norvège s’avère le pays le moins gratifiant pour les pères de famille, n’offrant que dix jours de congés et aucune compensation financière. L’Irlande, l’Allemagne, la Suisse, n’offrent quant à eux aucun avantage aux pères de famille.

[1] Quels sont les pays d’Europe qui offrent les prestations sociales les plus complètes en termes de congés payés et de chômage ?, étude de Glassdoor Economic Research en collaboration avec Llewellyng Consulting.

 

Source : communiqué de presse Glassdoor, 18 février 2016

aloysia biessy