3451492_3_5d0e_le-ministre-de-l-interieur-a-trappes-lundi_705ee5126653b06cd81840bfccac4eb6

« Ces derniers jours ont souligné beaucoup des maux qui rongent notre pays ou des défis que nous avons à relever. A cela, il faut ajouter toutes les fractures, les tensions qui couvent depuis trop longtemps et dont on parle peu (…) la relégation péri-urbaine, les ghettos – ce que j’évoquais en 2005 déjà – un apartheid territorial, social, ethnique, qui s’est imposé à notre pays ».Ces mots ont été prononcés par le Premier ministre, Manuel Valls, lors de ses vœux à la presse la semaine dernière. De tels propos, qui semblent étonnants venant d’un homme politique de gauche, ont suscité une importante vague d’indignation dans les médias et chez de nombreux responsables politiques, aussi bien de droite que de gauche. Parmi ces indignés, on peut citer Jean-Jacques Urvoas (député PS), Nathalie Kosciuzko-Morizet (vice-présidente déléguée de l’UMP), Bruno Le Maire (député UMP), Guillaume Larrivé (député UMP), Hervé Favre (de la Voix du Nord), Yann Marec (du Midi Libre), ou encore Florian Philippot (vice-président du Front national), Nicolas Sarkozy (président de l’UMP)…

Les réactions à chaud manquent généralement de recul et ne permettent pas de débattre sereinement. Il est désormais temps, une semaine après la polémique, de revenir sur les propos de Manuel Valls et de les analyser froidement, sans se laisser piéger par la charge émotionnelle que de tels mots comportent mais sans non plus l’oublier. S’agissant d’une opération de communication d’un chef de gouvernement, tous les mots sont soigneusement pesés. Il faut en tenir compte et s’interroger à la fois sur le fond et la forme du discours du chef du gouvernement.

Les paroles de Valls sont particulièrement intéressantes. Elles soulèvent des questions qui méritent une vraie réponse politique : existe-t-il un apartheid en France ? Si oui, quelles en sont les causes profondes et quelles réponses faut-il y apporter ? Si non, quelles sont les motivations de Manuel Valls ? Les solutions du Premier ministre sont-elles crédibles, pire encore, sont-elles seulement souhaitables ? Le Premier ministre ne dénoncerait-il pas en effet une situation qui n’est que la conséquence directe des politiques mises en œuvre depuis le début du quinquennat de François Hollande et la conséquence indirecte d’une idéologie favorable à l’immigration massive et au multiculturalisme, idéologie qui a cours en France depuis plusieurs décennies ? Comme l’a si bien dit Bossuet, « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ».

 

L’apartheid en France, mythe ou réalité ?

À l’écoute du discours du Manuel Valls, la première question qui vient à l’esprit est bien la suivante : décrit-il une réalité ou seraient-ce plutôt une vue de l’esprit, un fantasme, une provocation sans fondement ? C’est ce qu’il convient d’examiner avant d’émettre tout jugement sémantique sur la déclaration du ministre.

Que signifie au juste le terme « apartheid » ? De fait, sans une définition claire de ce mot qui valut au Premier ministre de nombreuses critiques, il n’est pas possible de donner un point de vue un minimum objectif. Selon le Larousse en ligne, l’apartheid est une « ségrégation systématique des populations de couleur, en Afrique du Sud ». La définition de thefreedictionnary.com est plus complète. Elle décline en trois sous-définitions le terme apartheid :

1. An official policy of racial segregation formerly practiced in the Republic of South Africa, involving political, legal, and economic discrimination against nonwhites.

2. A policy or practice of separating or segregating groups.

3. The condition of being separated from others; segregation.

La troisième sous-définition est très large et semble peu pertinente dans la mesure où elle ne rend plus du tout compte des aspects historiques, juridiques et politiques de l’apartheid… Revenons plutôt à sa définition étymologique et à sa mise en place en Afrique du Sud et voyons s’il existe une semblable situation en France. Étymologiquement, ce mot afrikaans est dérivé du néerlandais apart lui-même emprunté au terme français « à part » auquel on a ajouté le suffixe –heid qui signifie « la situation de » ou « le fait de ». On peut en conclure que l’apartheid est littéralement « le fait d’être séparé ». En Afrique du Sud, ce mot désigne effectivement une situation de séparation entre deux populations ethniques. Mais il faut bien comprendre que c’est une situation qui est voulue, contrainte, forcée. Elle s’inscrivait dans la continuité de ce que faisait la Compagnie néerlandaise des Indes orientales de la colonie du Cap depuis 1652. La conceptualisation et l’institutionnalisation de cette pratique empirique furent élaborées par le Parti national et étaient motivées par la peur des Afrikaners de disparaître. L’apartheid était donc le fruit de la présence en Afrique du Sud d’une minorité blanche surdéveloppée et intégrée au monde occidental et d’une population noire, numériquement très majoritaire, attachée à ses coutumes et intégrée au tiers-monde. Il est cependant nécessaire de ne pas perdre de vue qu’il s’agissait clairement de mettre en place à partir de 1948 une politique de développement séparé, certes sur des critères raciaux mais avec une réelle intention – du moins à l’origine – de promouvoir les deux communautés.

S’il l’on fait une analyse fine des répartitions socio-culturelles et ethniques sur le territoire français et des politiques mises en place dans ce domaine, on peut observer une similitude avec ce qui eut cours en Afrique du Sud au siècle dernier : il existe en France des quartiers où les populations immigrées sont très largement majoritaires et où les modes de vie sont en nette rupture avec le mode de vie des Français. Ces mêmes quartiers ont bénéficié d’une généreuse politique de la ville dans laquelle l’État, c’est-à-dire le contribuable, a investi des milliards. C’est là une forme de développement séparé mais au bénéfice d’une minorité qui refuse de s’intégrer. N’est-ce pas là la définition même de l’apartheid ? Mais il faut souligner certains points au risque de faire un contre-sens grave : en employant le mot « apartheid », Manuel Valls sous-entend que les Français sont les responsables de cette ghettoïsation, qu’ils ont refusé d’intégrer les immigrés, bref qu’ils sont racistes. Ce sont au contraire les politiques de discrimination positive à visée électoraliste, et fruits d’une idéologie antiraciste dévoyée, qui auraient dû être dénoncées. Ce sont elles qui ont permis que des quartiers dits “sensibles” bénéficient d’une assistance alors que bien des Français vivant dans des zones rurales reculées sont délaissés, quasiment abandonnés à vivre sous le seuil de pauvreté. 

 

Valls se trompe sur les causes et propose « une politique de peuplement » inacceptable…

Valls pointe de façon sibylline le racisme des Français. Pourtant, parmi eux beaucoup ont dû fuir l’insécurité des banlieues, beaucoup vivent dans des déserts économiques et démographiques dans une pauvreté bien supérieure à celle que l’on rencontre dans les quartiers à forte majorité immigrée. Ceux-là n’ont pas bénéficié de la politique de la ville et ne partent pas faire le djihad en Syrie ou en Irak… Il est de plus en plus évident que des pans entiers du territoire français échappent au contrôle de l’État et où nombreux sont ceux qui ne sentent plus chez eux. Il est donc faux de rendre les Français responsables des événements tragiques qui secouent le pays depuis quelques semaines. Ils ne sont que la conséquence de l’échec du multiculturalisme. Celui-ci a entraîné une désagrégation du corps social et une communautarisation excessive génératrice de violences… 

Lors des tueries du 7 janvier dernier, rare sont les personnalités politiques, intellectuelles ou médiatiques qui ont osé pointer le problème de l’immigration massive et son corollaire l’islamisation. Pourtant, c’est une évidence, l’immigration massive, l’islamisation et le terrorisme sont aujourd’hui intimement liés. Non pas que tous les immigrés soient tous des islamistes, ce serait stupide de dire cela. Mais, il est certain que l’immigration non contrôlée et le refus de l’assimilation au nom de l’ouverture à l’autre et des bienfaits du multiculturalisme a favorisé l’émergence d’un terreau communautariste propice à la radicalisation. L’irresponsabilité des gouvernements en matière d’immigration est sans aucun doute l’un des principaux facteurs ayant permis ces tueries. La peur de stigmatiser les étrangers est si grande que tous les ingrédients ont été réunis pour que des attentats aient lieu : le laxisme judiciaire et le mauvais suivi de la police ne sont qu’une conséquence de cette dérive idéologique, de l’angélisme et du refus de renvoyer les immigrés mal intégrés.

Mais cette irresponsabilité est partagée avec une partie des dirigeants des grandes entreprises. Eux aussi ont accepté, parfois  promu, l’immigration en provenance du tiers-monde avec pour objectif d’organiser une « pénurie de main d’œuvre » et ainsi de peser à la baisse sur les salaires. Georges Pompidou ne s’en cachait pas lorsqu’il affirma le 3 septembre 1963 que « l’immigration est un moyen de créer une certaine détente sur le marché du travail et de résister à la pression sociale », Jean-Marcel Jeanneney, ministre du Travail, lui aussi donnait un point de vue similaire : «  L’immigration clandestine elle-même n’est pas inutile, car si on s’en tenait à l’application stricte des règlements et accords internationaux, nous manquerions peut-être de main-d’œuvre » (Les Échos, 28 mars 1966).

Manuel Valls a montré toute l’étendue de son impuissance le 23 janvier dernier lors d’une visite dans un établissement agricole de Seine-et-Marne lorsqu’il a affirmé devant quelques lycéens : « Votre génération, votre classe d’âge, doit s’habituer à vivre avec ce danger [le terrorisme. NDLR] et pendant un certain nombre d’années. Moi je ne veux rien cacher, cette menace, elle existe. » Ce terrible constat d’échec signifie clairement que le gouvernement, n’a pas l’intention de s’attaquer au véritable problème : la présence sur notre territoire d’immigrés en conflit avec notre mode de vie, notre culture, notre civilisation, nos lois, nos coutumes, nos valeurs…

Pire, Manuel Valls parle de mettre en œuvre « une politique de peuplement » ! « Il faut qu’on retrouve un élan et une cohérence. On doit jouer sur la carte scolaire. Il y aura un comité interministériel sur la ville, début mars. Je veux annoncer des mesures qui ne seront pas classiques. Il faut la mise en place d’une politique de peuplement. » En clair, le Premier ministre veut contraindre les Français à subir une mixité sociale qu’ils refusent… Il ne manque plus qu’à légaliser le cannabis comme le propose Libération.

Pour conclure, laissons la parole à Maître Goldnadel, qui dans un réquisitoire publié sur Figaro Vox, a vu juste dans la manœuvre de Manuel Valls : « Dans un monde gouverné par le réel, ce sont les mots “intégration ratée”, fille d’une “immigration incontrôlée” qui auraient dû être prononcés sans crainte d’excommunication. Et puis aussi “racisme anti-occidental de l’islam radical”. Mais ce fut “apartheid” qui fut trouvé… » Tout est dit : le Premier ministre a préféré culpabiliser la société française d’origine au lieu de regarder la réalité en face. Il refuse d’admettre que l’échec des politiques d’immigration est dû à l’idéologie de gauche favorable au métissage et au multiculturalisme qui les sous-tendent et au refus de la droite de se libérer du discours moral des intellectuels et des associations de défense des droits de l’homme ou antiracistes pour lesquels la haine de la France et le racisme anti-banc sont des fictions, des fantasmes…

Rédacteur Web